Les différents types de gouttière

gouttière

La gouttière est placée aux abords du toit d’une habitation ou d’un bâtiment pour récolter l’eau de pluie et lui permettre de s’écouler sans en détériorer la façade. Il existe trois types principaux de gouttières : la gouttière pendante, la gouttière rampante ou le chéneau. Leur installation doit répondre à une réglementation stricte, d’autant plus s’il s’agit de gouttières mitoyennes. Alors comment bien choisir sa gouttière ? Nous vous disons tout.

Les différents types de gouttière

  • La gouttière pendante

Il s’agit du modèle de gouttière le plus répandu. De forme classique et discrète, elle se fixe sur une planche de rive ou sous l’égout du toit à l’aide de crochets tout au long et de chevrons à ses extrémités. Elle revêt différentes formes : gouttière carrée, demi-ronde, anglaise ou encore lyonnaise.

  • La gouttière rampante

Il s’agit d’un modèle discret ressemblant à une canalisation qui repose sur une partie de la toiture ou sur une corniche. Elle s’installe à l’aide de crochets fixés sur une bande de doublis ou sur la face supérieure des chevrons. Elle revêt plusieurs formes : gouttière rouennaise, ardennaise, nantaise ou havraise.

  • Le chéneau

Il s’agit d’un canal ou conduit qui récupère les eaux de pluie d’un pan de mur pour les transmettre à une gouttière. Il se trouve adossé contre un mur ou sous un pan de mur. Il est mis en place lors des travaux de gros oeuvre.

Les règles à respecter par les propriétaires de gouttières

La loi impose à tout propriétaire de construction (bâtiment, maison, garage, etc.), de faire en sorte que les eaux de pluie qui ruissellent sur son toit s’écoulent dans son jardin ou, s’il n’en possède pas, sur la voie publique. En aucun cas les eaux de pluie d’un propriétaire ne doivent s’écouler chez son voisin. Si cette obligation n’est pas respectée, le voisin lésé pourra, grâce à cette obligation légale, porter l’affaire au tribunal.

Les règles à respecter pour les gouttières mitoyennes

On parle de gouttières mitoyennes lorsqu’un propriétaire a l’autorisation de faire s’écouler et ruisseler les eaux pluviales provenant de son toit par le biais des gouttières de son voisin. En rencontre ce type de configuration dans le cas de bâtiments ou maisons mitoyennes, lorsqu’une gouttière existe entre les deux constructions. Dans le cas des gouttières mitoyennes le propriétaire de la construction acquiert ce qu’on appelle « la servitude d’égout de toits », c’est à dire l’autorisation légale de se servir du toit de son voisin, au bout de 30 ans d’usage ininterrompu.

Pour en savoir plus:

Articles en relation